Accueil Critiques Comédie SANS NOUVELLES DE DIEU

SANS NOUVELLES DE DIEU

Le boxeur Manny étant atteint d’une lésion cérébrale risquant de lui coûter la vie, le Ciel envoie l’ange Lola pour le sauver, en se faisant passer pour une femme. Mais c’était sans compter l’Enfer qui, à son tour, envoie Carmen, une servante du Démon, belle à tomber, pour le séduire et lui offrir une damnation éternelle…

Auparavant professeur de lettres en Université, Augustin Diaz Yanes s’est lancé dans la mise en scène sous l’impulsion de son amie, l’actrice espagnole Victoria Abril, avec un thriller décapant Personne ne parlera de nous quand nous serons mortes. Quelques années après, il récidive avec ce second opus, situé quelque part entre la farce, la comédie déjantée et le fantastique métaphysique. Sur la base d’un scénario original et plutôt tordu, Diaz emprunte des chemins de traverse peu communs pour aboutir à son histoire de boxeur, dont l’âme doit être sauvée par deux anges rivaux: Le Bien et Le Mal s’affrontent donc sous des apparences humaines (et féminines!) dans un récit un poil bordélique où tous les coups sont permis! L’espagnol agence à la fois l’humour, l’ironie, l’action et présente le Paradis comme un lieu francophone attrayant comme peut l’être Paris en noir et blanc et l’Enfer comme anglophone où évidemment tout le monde crève de chaud! En cours de route, l’audace du départ s’émousse un peu au gré de séquences s’imbriquant au petit bonheur la chance.

Pourtant, la séduction fonctionne comme il se doit grâce à ses deux comédiennes explosives et réunis là pour la première et seule fois, deux actrices chères à Almodovar: Victoria Abril et Pénélope Cruz. L’une angélique, l’autre infernale, chacune avec du sex appeal à revendre et un talent inné. Au générique aussi la présence de Fanny Ardant, idéale en patronne des anges et de Gael Garcia Bernal, avant sa consécration dans La Mauvaise Education. Le contrat de divertissement est donc assuré, malgré quelques couacs scénaristiques ça ou là. Pas de quoi crier au génie, mais bien suffisant pour passer un très bon moment.

ANNEE DE PRODUCTION 2001.

 

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

Sans être super mémorable, cette comédie espagnole sur le combat entre le Bien et le Mal sur Terre marque des points par son casting classieux: Abril et Cruz tandem de feu!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

DON JUAN DE MARCO

Jack Mikler, psychiatre réputé et vieillissant, est appelé d'urgence pour tenter de sauver un jeune homme, menaçant de sauter du haut d'un immeuble. Il...

THE CAKEMAKER

Thomas, un jeune pâtissier allemand, a une liaison avec Oren, un homme marié israélien qui voyage régulièrement à Berlin pour affaires. Quand Oren meurt...

LES ENFANTS DES AUTRES

Rachel a 40 ans, pas d'enfant. Elle aime sa vie: ses élèves au lycée, ses amis, et ses cours de guitare. En tombant amoureuse...

SUMMER STORM (L’AVEU)

Russie, 1919. Fedor Petroff, ancien juge d'instruction, n'est plus que l'ombre de lui même. S'il n'avait pas rencontré la somptueuse Olga, il n'en serait...