Accueil Critiques Drame MAMAN TRES CHERE

MAMAN TRES CHERE

Christina Crawford fut la fille adoptive de la grande star de l’écran Joan Crawford. A la mort de cette dernière, la jeune femme a écrit un livre choc sur la façon dont elle fut élevée. A coups de brimades, d ‘humiliations, de cris, et d’une violence psychologique traumatisante. La face cachée d’une actrice adulée qui se révéla une vraie mère tyrannique dans la sphère privée.

Ce film n’est pas un biopic sur la carrière de Joan Crawford, mais véritablement l’adaptation du best seller signé par sa fille et qui n’épargne aucun détail scabreux sur la personnalité trouble de cette reine du cinéma américain. Disons le d’emblée, la charge est lourde et on pourra trouver que le récit verse parfois dans une certaine hystérie. Mais, il a le mérite de montrer aussi la face sombre d’une Star égocentrique (pléonasme?) , obsédée par son besoin de tout contrôler, de donner une image parfaite de cette famille qu’elle s’est crée, oubliant au passage qu’elle a des enfants face à elle, et non des jouets ou des marionnettes. Ce qui est déchirant c’est la détresse de cette gamine dont on voit bien qu’elle admire sa mère, autant qu’elle va la craindre et la défier, au fil du temps.

Les mauvais traitements sont essentiellement psychologiques, même si une certaine agressivité physique est toujours prête à s’abattre, telle une épée de Damoclès sur la jeune Christina et son frère Christopher. Jusqu’à la fin, les relations avec leur mère seront excécrables, teintées d’emprise et de domination malsaine. Clairement, c’est un réglement de comptes auquel on assiste, et même si le spectateur comprend que Crawford a été aussi élevée à la dure et reproduit le shéma identique de sa propre enfance, il aura du mal à l’excuser totalement. Cette femme souffrait par ailleurs d’accès de colères qui s’apparente à la fameuse bipolarité que l’on diagnostique  plus facilement, de nos jours.

Tout le long métrage repose sur les épaules de son actrice principale, Faye Dunaway. Effrayante, très maquillée (sûrement trop, mais c’est un parti pris), et déchaînée, elle livre une prestation que l’on peut qualifier d’outrancière. Elle fait le show, mais une mère castratrice et à la personnalité si écrasante pouvait être difficilement joué autrement. Le film est devenu culte avec les années, alors qu’à sa sortie, il essuya des moqueries et des détracteurs ardents refusaient sûrement encore que Crawford soit ainsi dépeinte. Les idoles aussi ont le droit d’être imparfaites ou antipathiques.

ANNEE DE PRODUCTION 1981.

 

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

Le visage double d'une Star sublime et d'une maman tyrannique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

TOUT VA BIEN

Une journaliste américaine et un cinéaste s'éprennent l'un de l'autre, alors qu'ils sont séquestrés par des ouvriers en grève, dans une boucherie charcuterie. Ils...

ROSE

Rose, une femme de 78 ans, vient de perdre son mari. Elle qui a toujours été dépendante de lui inquiète sa famille et particulièrement...

TROIS COEURS

Marc, un homme d'une quarantaine d'années, rencontre Sylvie, un soir, lors d'un déplacement professionnel en province. Ils se plaisent instantanément, passent la nuit à...

THE FEAST

Dans une sinistre campagne galloise, une mystérieuse jeune femme se présente dans une belle demeure, habitée par une famille bourgeoise. Elle vient pour aider...