Accueil Critiques Comédie dramatique PERSONNEL ET CONFIDENTIEL

PERSONNEL ET CONFIDENTIEL

Sally Atwater, modeste employée d’un casino de Réno, rêve de devenir journaliste à la télévision. Les places sont chères mais à force de ténacité, elle décroche un poste sur une petite chaine locale de Miami, dirigée par Warren Justice, un vétéran du métier. Séduit par le culot de la jeune femme, Warren lui donne sa chance et Sally connait bientôt un succès foudroyant. Ces deux là ne tardent pas à tomber amoureux…

Autant avec Beignets de Tomates Vertes, le réalisateur Jon Avnet avait su séduire et émouvoir par un ton charmant et une mise en scène inventive, autant là il plonge la tête la première dans un de ces multiples produits hollywoodiens sans éclat que les années 90 ont commencé à voir naitre. Un titre français un peu tarte, une romance à l’eau de rose bien guimauve (la mode des comédies romantiques était alors en plein boum), un portrait d’une arriviste charmante et un condensé didactique sur les coulisses du journalisme de terrain: voila à peu près comment résumer ce Personnel et Confidentiel! Avnet prend plusieurs directions mais ne parvient qu’à se perdre: l’histoire d’amour accumule les clichés les plus prévisibles, quant à l’intrigue autour du milieu carnassier de la TV, il est évoqué sans finesse. Au bout du compte, le film se laisse regarder comme l’énième épisode d’un feuilleton dont on peut deviner chaque « rebondissement ». La faute à une réalisation fade et une cruelle absence de point de vue. Dans l’ultime demie heure, Avnet tente de montrer combien le journalisme avide de sensations fortes pour obtenir un direct captivant s’avère dangereux et parfois fatal. C’est la seule idée intéressante de l’ensemble.

Ce ratage est amoindri par l’association de deux grosses stars en tête d’affiche: Michelle Pfeiffer et Robert Redford. On a certes vu couple plus vilain jusque là, mais tout repose en fait sur l’éclatante beauté de l’actrice, qui change de tenues et de coupes de cheveux une bonne dizaine de fois au cours du film, laissant peu de place au vétéran Redford, quelque peu décati à côté d’elle. L’acteur a perdu de sa superbe depuis sa marquante prestation dans Out Of Africa. Au fond, la seule bonne raison de se laisser tenter, c’est Pfeiffer: une actrice capable de beaucoup et qui hélas a cédé trop souvent à la facilité dans ses choix. Pour avoir une vision acérée et mordante du monde de la TV, mieux vaut revoir Network!

ANNEE DE PRODUCTION 1996.

 

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

La romance de deux journalistes peine à nous chavirer et Jon Avnet loupe son but. Michelle Pfeiffer est la seule à convaincre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

DON JUAN DE MARCO

Jack Mikler, psychiatre réputé et vieillissant, est appelé d'urgence pour tenter de sauver un jeune homme, menaçant de sauter du haut d'un immeuble. Il...

THE CAKEMAKER

Thomas, un jeune pâtissier allemand, a une liaison avec Oren, un homme marié israélien qui voyage régulièrement à Berlin pour affaires. Quand Oren meurt...

LES ENFANTS DES AUTRES

Rachel a 40 ans, pas d'enfant. Elle aime sa vie: ses élèves au lycée, ses amis, et ses cours de guitare. En tombant amoureuse...

SUMMER STORM (L’AVEU)

Russie, 1919. Fedor Petroff, ancien juge d'instruction, n'est plus que l'ombre de lui même. S'il n'avait pas rencontré la somptueuse Olga, il n'en serait...