Accueil Critiques Policier UN FRISSON DANS LA NUIT

UN FRISSON DANS LA NUIT

David Garland est disc jockey dans une radio locale de Monterey, en Californie. Régulièrement, une auditrice lui demande de passer Misty d’Eroll Garner. Un soir, dans un bar, David remarque une jeune femme brune qui semble l’attendre. Elle s’appelle Evelyn Draper.

Après des années de gloire en tant qu’acteur et voyant la quarantaine arrivée, Clint Eastwood saute le pas et ajoute une corde à son arc: il passe derrière la caméra et devient réalisateur. Pour ce premier film, il opte pour le genre thriller et s’appuie sur un scénario original écrit par une femme, Joe Heims, racontant comment un séduisant animateur radio est harcelé et menacé par une de ses conquêtes, passablement dérangée. Et c’est peu dire que Clint fait preuve d’habileté et d’un sens de la mise en scène déjà bien développé, maniant le suspense très efficacement. Cette histoire, qui est comme un préambule au mythique Liaison Fatale sorti en 1987, dresse le portrait d’un homme victime de son désir de plaire et qui tombe un jour sur une femme pour le moins excessive, exigeante et même dangereuse. Tourné entièrement en décors naturels, le film montre une Californie à la nature tranquille, contrastant bien sûr avec les événements violents qui parcourent l’intrigue. Très vite, l’atmosphère nous met sous tension de façon palpitante, comme un danger tapi dans l’ombre, la terreur s’installe et prend bientôt toute la place…

Quelques toutes petites faiblesses de débutant, comme les séquences d’amour à l’air libre sur une musique un peu trop mièvre et celle du festival de jazz qu’Eastwood aurait dù raccourcir, ne viennent pour autant pas gâcher toutes les promesses du départ. La folie du personnage féminin est extrêmement bien rendue par l’actrice Jessica Walter, effrayante à souhait. De plus, faire d’Eastwood une victime reste une idée brillante et inattendue que l’acteur/ réalisateur assume en endossant les deux casquettes. Ce film ouvre la voie d’une carrière prolifique pour l’interprète de L’Inspecteur Harry, tout en distillant une paranoïa inquiétante. Un excellent opus.

ANNEE DE PRODUCTION 1972.

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

Premier long métrage de et avec Clint Eastwood. Un thriller solide et terrifiant. Jessica Walter fait froid dans le dos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

DON JUAN DE MARCO

Jack Mikler, psychiatre réputé et vieillissant, est appelé d'urgence pour tenter de sauver un jeune homme, menaçant de sauter du haut d'un immeuble. Il...

THE CAKEMAKER

Thomas, un jeune pâtissier allemand, a une liaison avec Oren, un homme marié israélien qui voyage régulièrement à Berlin pour affaires. Quand Oren meurt...

LES ENFANTS DES AUTRES

Rachel a 40 ans, pas d'enfant. Elle aime sa vie: ses élèves au lycée, ses amis, et ses cours de guitare. En tombant amoureuse...

SUMMER STORM (L’AVEU)

Russie, 1919. Fedor Petroff, ancien juge d'instruction, n'est plus que l'ombre de lui même. S'il n'avait pas rencontré la somptueuse Olga, il n'en serait...