Accueil Critiques Drame LA PASSANTE DU SANS SOUCI

LA PASSANTE DU SANS SOUCI

Paris, 1981. Max Baumstein, président du Mouvement de solidarité Internationale, abat l’ambassadeur du Paraguay, ayant reconnu en lui un ancien criminel de guerre. Une fois arrêté, il raconte son enfance à sa femme Lina. Il avait dix ans lorsqu’il fut recueilli par Elsa, une chanteuse de cabaret, au moment de l’Occupation nazie et il a alors vécut des choses horribles, du fait qu’il était juif. Sa vie avec Elsa l’a marqué au fer rouge…

Adapté d’un beau roman de Joseph Kessel, voici un film bouleversant sur la période terrible de l’Occupation allemande. Certes, le cinéma regorge d’oeuvres se déroulant à cette époque, mais Jacques Rouffio a parfaitement réussi le passage de l’écrit à l’écran, d’abord en soignant au maximum sa reconstitution du Paris des années 30, ensuite d’une façon très habile, il inclut dès le prologue des événements qui se passent de nos jours. Pour mieux dénoncer un antisémitisme galopant moderne, et pour montrer que les idées extrêmistes sont encore furieusement d’actualité. Le récit, gorgé de noblesse et d’humanité, se concentre surtout sur la montée du nazisme et ses ravages sur la vie d’un jeune adolescent juif, ainsi que sur sa relation pleine de tendresse avec une chanteuse de cabaret à la dérive, s’occupant de son éducation. Ne faisant aucune économie sur l’émotion ni sur les larmes, Rouffio donne un écrin en or à sa comédienne principale, Romy Schneider, très investie dans ce personnage.

Romy porte ce film sur ses épaules de bout en bout, avec un talent incomparable, et avec un courage monstre, puisque le tournage eut lieu quelques mois seulement après la mort de son fils David (une dédicace lui est attribuée au générique). Elle joue avec ses tripes et certaines séquences demeurent parmi les plus déchirantes de toute sa carrière d’actrice. A ses côtés, l’ami fidèle et partenaire fréquent Michel Piccoli (l’excellence incarnée), qu’elle retrouve pour la sixième fois. Leur alchimie est évidente et sert évidemment le propos. Hélas, quand le film sortira, Romy n’aura plus que quelques semaines à vivre. Le beau message de tolérance porté tout au long du récit, malgré des moments durs et tragiques, achève de rendre cette Passante aussi remarquable qu’immanquable.

ANNEE DE PRODUCTION 1982

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

Dernier rôle de Romy, bouleversante au delà des mots. Très beau film sur les horreurs nazies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

GUERRE ET PAIX

De 1802 à 1814, la campagne de Russie de Napoléon vue à travers la vie d'une famille d'aristocrates russes, et en particulier celle de...

MAMMA ROMA

Mamma Roma, prostituée romaine, aspire à la respectabilité et décide un beau jour de changer de vie. Elle récupère son fils Ettore, élevé dans...

PERSONNEL ET CONFIDENTIEL

Sally Atwater, modeste employée d'un casino de Réno, rêve de devenir journaliste à la télévision. Les places sont chères mais à force de ténacité,...

LE GRAND SILENCE

Hiver 1898. Dans les montagnes de l'Utah, des paysans et bûcherons sont devenus des hors la loi pour pouvoir survivre coûte que coûte. Des...