Accueil Critiques Science-fiction LE VOYAGE DANS LA LUNE

LE VOYAGE DANS LA LUNE

Le Professeur Barbenfouillis et six autres savants s’organisent pour une expédition inédite et incroyable sur la lune…

Bien longtemps avant que Tintin ou Neil Armstrong ne posent le pied sur la Lune, le cinéma des origines avait déjà envisagé cet exploit. C’est le grand George Méliés, l’inventeur de la fiction filmée, qui s’est attelé à ce projet dantesque à une époque où les images animées n’existaient que depuis cinq ans à peine. Tout en décors de cartons pâtes, de toiles peintes, de trucages faits de bric et de broc, cet enchantement visuel directement adapté d’un récit de Jules Verne (De la Terre à la Lune) fourmille d’idées merveilleuses. L’imagination délirante de Méliés propose des visions féeriques, oniriques, ne délaissant jamais l’humour et signant des plans restés à jamais dans l’esprit de tous les spectateurs, à l’instar de cet obus métallique lancé à toute vitesse et faisant office de fusée, se fixant directement dans l’oeil de la Lune. Techniquement, ce court métrage de 13 minutes est une réelle prouesse, puisqu’il utilise le travelling avant, les raccords de mouvement et un montage très inventif. Le public de 1902 fut subjugué par la maitrise de la caméra, par la richesse des décors (même s’ils paraitront bien naïfs de nos jours), et une poésie incontestable.

On peut sans conteste dire que Le Voyage dans la Lune a été le premier film de science fiction du 7e Art, qu’il connut un succès planétaire inégalé, mais qu’hélas il n’empêcha pas Méliés de vivre une gloire relativement éphémère, puisqu’il sombra dans la ruine et l’anonymat, seulement une décennie plus tard. En caricaturiste et illusionniste de génie, il permit à la surimpression d’images de devenir courante dans les productions suivantes ce coup d’éclat, que l’on pourrait comparer avec la révolution technique d’Avatar, plus d’un siècle après. Enfin, la magie du cinéma muet était tellement à son zénith que cette histoire se passe d’intertitres et que quiconque la regarde, peut la comprendre, la ressentir pleinement. Une oeuvre bourrée de créativité, fondatrice du langage cinématographique.

ANNEE DE PRODUCTION 1902.

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
pertinence

CONCLUSION

Objet précieux et révolutionnaire sans qui le cinéma ne serait pas tout à fait le même. Merci Mr Méliés!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

DON JUAN DE MARCO

Jack Mikler, psychiatre réputé et vieillissant, est appelé d'urgence pour tenter de sauver un jeune homme, menaçant de sauter du haut d'un immeuble. Il...

THE CAKEMAKER

Thomas, un jeune pâtissier allemand, a une liaison avec Oren, un homme marié israélien qui voyage régulièrement à Berlin pour affaires. Quand Oren meurt...

LES ENFANTS DES AUTRES

Rachel a 40 ans, pas d'enfant. Elle aime sa vie: ses élèves au lycée, ses amis, et ses cours de guitare. En tombant amoureuse...

SUMMER STORM (L’AVEU)

Russie, 1919. Fedor Petroff, ancien juge d'instruction, n'est plus que l'ombre de lui même. S'il n'avait pas rencontré la somptueuse Olga, il n'en serait...