Accueil Critiques Comédie dramatique LES PASSAGERS DE LA NUIT

LES PASSAGERS DE LA NUIT

Paris, années 80. Elisabeth vient d’être quittée par son mari et doit assurer le quotidien de ses deux adolescents. Elle trouve un emploi dans une émission de radio de nuit, où elle fait la connaissance de Talulah, une jeune fille désoeuvrée, qu’elle prend sous son aile. Elisabeth trace son chemin de mère seule, jusqu’à sa rencontre avec Hugo et la promesse d’un nouvel amour…

En 2018, le film Amanda, un drame bouleversant sur les traumatismes d’une petite fille, orpheline, après la mort brutale de sa maman lors des attentats, mettait en lumière un jeune réalisateur Mikhael Hers, dont on découvrait la sensibilité. Le voila de retour avec un très joli film, son quatrième long métrage, pour lequel il reconstitue le Paris des années 80 et invente une histoire de destins croisés très émouvante. A travers le personnage d’une héroïne d’environ cinquante ans, une mère battante et courageuse retrouvant son célibat et obligée de décrocher un job, le film déroule une nostalgie constante avec des petits riens, des séquences presque hors du temps, nous replongeant dans une époque qui n’existe plus: celle du socialisme (le film débute par la victoire de Mitterrand en 81), dans lequel le monde du travail paraissait moins fermé, où tous les possibles ne semblaient pas utopiques. Hers tisse un récit tout simple où l’on suit les premières amours adolescentes comme les combats d’une maman, ou encore l’errance d’une jeune fille à la rue, portée par une aide inattendue. Plein de délicatesse dans la mise en scène comme dans l’élaboration du script, mélangeant à la fois la comédie et le drame avec une aisance étonnante.

Mikhael Hers fait revivre les radios et les voix qui les habitent, la musique de cette décennie là (la variété française comme le rock), et en cinéphile averti, il fait des clins d’oeil à des films comme Birdy et surtout Les Nuits de la Pleine Lune de Rohmer, dont on sent l’évidente influence. Il filme Paris la nuit avec élégance et ses personnages sont des humains ancrés dans la vie. Enfin, il offre à Charlotte Gainsbourg un très beau rôle de mère douce et enveloppante. Elle est parfaite comme toujours. Face à elle, la jeune Noée Abita, la touchante interprète de Slalom sorti l’an passé, démontre une habilité de composition épatante. Dans une participation remarquée, Emmanuelle Béart envoûte avec son timbre de voix et son visage que l’on voit trop peu ces dernières années. Bref, vous l’aurez compris, une oeuvre tendre, fortement recommandable!

ANNEE DE PRODUCTION 2022.

 

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

Une histoire simple et belle, une superbe reconstitution du Paris des années 80. Hers confirme son talent. Charlotte Gainsbourg tout le temps grandiose!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

THE FISHER KING

Jack, cynique présentateur radio en rupture de ban, est sauvé de l'attaque d'une bande de loubards par Patty, un clochard ex professeur de lettres,...

ALICE ET MARTIN

Après des années passées chez sa mère, Martin est envoyé chez son père, auprès de sa belle mère et de ses demi frères. Dix...

FROGS

Sur une petite île du Sud des Etats Unis, une famille est venue fêter l'anniversaire du grand père, Jason Crockett, un milliardaire qui se...

DECISION TO LEAVE

Hae Joon, détective chevronné, enquête sur la mort suspecte d'un homme survenue au sommet d'une montagne. Il soupçonne fortement sa veuve, Sore, mais commence...