PSYCHOSE

Marion Crane est une employée de bureau, vivant une liaison clandestine avec Sam Loomis, qu’elle regrette de ne pouvoir davantage intégrer dans sa vie. Sur un coup de tête, la voila qui dérobe 40 000 dollars à son patron et décide de quitter la ville pour rejoindre son amant, mais sans lui en faire part. Sur le chemin de sa fuite, elle s’arrête une nuit de pluie dans un motel étrange, tenu par un jeune homme Norman Bates, plutôt taciturne et apparemment sous l’emprise d’une mère abusive…

Le maître du suspense, Alfred Hitchcock, voulait depuis longtemps faire un film policier qui serait aussi une histoire d’épouvante réelle, et il en trouva une occasion rêvée, en adaptant un court roman plutôt médiocre de Robert Bloch, intitulé Psycho. Décidant de tourner en équipe réduite et avec un budget dérisoire, il a mis en scène rien de moins que l’un des films les plus célèbres et les plus rentables de tout le cinéma mondial. D’abord d’un point de vue technique, Psychose demeure une référence en la matière avec sa fameuse séquence de la douche, au montage sublime et à l’effet de terreur garantie! Le film a démarré sur une histoire de vol d’argent et prend donc de cours le spectateur de façon très maligne, en faisant dévier le propos sur un serial killer, pas comme les autres! Impossible de pouvoir s’identifier aux personnages tant ils sont insaisissables, et le pouvoir du script est si brillant qu’il maintient le suspense jusqu’au bout.

Cette oeuvre sombre et angoissante a aussi la particularité d’être pour moitié muette, les dialogues étant réduits au maximum, seules les situations créent un sentiment de terreur diffuse et grandissante jusqu’à la révélation finale. Le thème de la schizophrénie et d’un Oedipe pour le moins compliqué se dégagent en priorité, Hitchcock incluant très peu de cet humour macabre qu’il affectionne d’habitude. La tonalité de départ est noire et le restera. Côté interprétation, il a offert le rôle de Norman Bates à un jeune acteur, méconnu à l’époque et qui est ici sidérant dans la folie: Anthony Perkins. Ce personnage lui collera à la peau et en fera une Star, en même temps qu’il l’enfermera dans une image figée. Il ne faut pas oublier de parler de la musique, signée Bernard Hermann, le compositeur fidèle d’Hitch et qui donne là un niveau de perfection rarement atteint depuis. Imprévisible, malin, effrayant, et diablement glaçant, ce chef d’oeuvre mérite tous les honneurs et bien plus encore.

ANNEE DE PRODUCTION 1960

 

REVIEW OVERVIEW

réalisation
scenario
interprétation

CONCLUSION

Le film le plus connu d'Hitchcock et aussi son plus terrifiant. Anthony Perkins est immense.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest articles

DON JUAN DE MARCO

Jack Mikler, psychiatre réputé et vieillissant, est appelé d'urgence pour tenter de sauver un jeune homme, menaçant de sauter du haut d'un immeuble. Il...

THE CAKEMAKER

Thomas, un jeune pâtissier allemand, a une liaison avec Oren, un homme marié israélien qui voyage régulièrement à Berlin pour affaires. Quand Oren meurt...

LES ENFANTS DES AUTRES

Rachel a 40 ans, pas d'enfant. Elle aime sa vie: ses élèves au lycée, ses amis, et ses cours de guitare. En tombant amoureuse...

SUMMER STORM (L’AVEU)

Russie, 1919. Fedor Petroff, ancien juge d'instruction, n'est plus que l'ombre de lui même. S'il n'avait pas rencontré la somptueuse Olga, il n'en serait...